Chanel - l'indépendante


Article par Caroline Paquette-Méthé


Qui ne connaît pas le logo emblématique du double C de Chanel? Même les incultes de la mode connaissent la maison de couture de nom, et pour cause : de toutes les figures importantes de l’industrie de la mode, Chanel demeure encore aujourd’hui l’une des plus influentes. Mais qui est la femme à l’origine de cette marque et pourquoi est-elle encore si pertinente aujourd’hui? C’est que Chanel a planté les graines d’un idéal qui a survécu bien au delà des modes changeantes et elle a été une actrice importante dans la longue histoire de la libération féminine. Mais avant de s’intéresser à la designer, intéressons-nous à la femme…

Si une femme est mal habillée, on remarque sa robe, mais si elle est impeccablement vêtue, c’est elle que l’on remarque.
— Gabrielle Chanel

JEUNESSE DIFFICILE

Reconstituer l’histoire exacte de Gabrielle Chanel dite Coco n’est pas chose facile… Peu de choses sont sûres d’autant plus que Gabrielle prenait un malin plaisir à réinventer sa vie à répétition. Elle a d’ailleurs tenté par trois fois d’écrire sa vie rêvée avec la collaboration de ses amis écrivains Louise de Vilmorin, Michel Déon et Paul Morand. Cependant, éternellement insatisfaite du résultat, le projet n’aboutit jamais. Ce qui est certain, c’est que Gabrielle est née hors mariage à Saumure le 19 août 1883. Sa mère resta accrochée à son père forain malgré les mauvais traitements qu’il lui fit subir et finira par mourir prématurément en 1895 alors que Gabrielle n’a que 12 ans. Peu de temps après, toute la fratrie se fera abandonner par leur père. 

 Gabrielle Coco Chanel, 1936

Gabrielle Coco Chanel, 1936

Selon les versions, Gabrielle atterrit soit à l’orphelinat d’Aubazine, soit chez des tantes où elle travaille comme bonne d’enfants. Quels qu’ils aient été, les drames de son enfance ont eu un impact important sur Chanel qui puisera en eux inspiration et persévérance, refusant catégoriquement de vivre une vie misérable et de dépendre de qui que ce soit.

En grandissant, elle devient une femme forte et indépendante, décidée à vivre et à affirmer sa pensée, insoumise et ambitieuse, désireuse d’échapper au destin sans éclat et sans possibilité auquel sa naissance la prédestinait. C’est en canalisant toutes ses ressources mais surtout au prix d’un travail continu qu’elle s’extirpa de sa condition dans un monde où les femmes n’étaient bonnes qu’à se marier et où l’absurde supériorité de l’aristocratie dominait encore.


DES CHAPEAUX AU PARFUM

Où et quand Gabrielle Chanel apprit-elle à coudre? Là dessus encore, l’histoire se contredit. Une chose cependant est certaine : Chanel a beaucoup de savoir-faire et un goût très sûr bien qu’à contre-courant de la mode de la Belle Époque. C’est d’ailleurs grâce à ce talent que Mademoiselle Coco finit par ouvrir sa toute première boutique en 1910 où elle vend des chapeaux qu’elle décore elle-même. Quelques années plus tard, elle ouvre d’autres boutiques et commence à vendre des vêtements.

 

Elle achète même une usine de textile pour combler ses besoins en tissu. En 1939, au grand désarroi de sa clientèle, Gabrielle Chanel ferme son atelier, ne conservant que la boutique où elle vend son parfum, jugeant que la guerre n’était pas un moment pour les frivolités de la mode. En 1954, en réaction au style « New Look » de Christian Dior qu’elle trouve ridicule, Mademoiselle Coco décide à l’âge de 71 ans de rouvrir ses ateliers avec le soutien de ses partenaires d’affaire.

 Robe dans la vague New look de Christian Dior

Robe dans la vague New look de Christian Dior

 Costume Chanel, 1928

Costume Chanel, 1928

 Costume Chanel, 1929

Costume Chanel, 1929


LIBERTÉ ET MASCULINITÉ

Les apports de Chanel à l’univers de la mode sont nombreux. Très critique des excès esthétiques de la Belle Époque, la première contribution de mademoiselle Coco fut d’imposer son goût sobre et néanmoins élégant en virant toutes les plumes, les fleurs et les cristaux qui n’étaient pas nécessaires et en simplifiant les lignes et les coupes. Les designs pratiques et confortables qu’elle proposait furent peu à peu adoptés de tous, offrant une nouvelle liberté au corps féminin qui jusque là était enfermé dans un corset rigide et inflexible.

 Costume Chanel, 1962

Costume Chanel, 1962

 
 Costume Chanel, 1967

Costume Chanel, 1967

D’une stature délicate et élancée, Gabrielle ne correspond pas aux canons de beauté de l’époque et comme elle s’habille elle-même avant d’habiller les autres, elle crée des vêtements qui lui siéent davantage. Pour la première fois, la minceur est à l’honneur. Elle piochait sans le moindre scrupule dans la garde-robe masculine chemise, pantalon et accessoires et les incorporaient dans ses propres vêtements en les ajustant et en les féminisant. Elle popularisa l’utilisation du jersey dans la fabrication des vêtements féminins, matière jusque là réservée aux sous-vêtements et aux vêtements de sport des hommes. 


ACCESSOIRES 

Chanel, qui aimait beaucoup les bijoux mais les trouvait trop arrogant dans une époque où l’esthétique était une surenchère de luxe, s’amusa à créer des bijoux entièrement faux que l’on appela « bijoux de fantaisie ». Elle n’hésitait pas d’ailleurs à mélanger ses « vrais » bijoux avec ses « faux ». Elle contribua à populariser tout un éventail de choses : les encolures bateau, les tenus deux tons, les chemises blanches, les pulls rayés, les perles, les blazers, les sacs à chaîne, les bérets et les canotiers…  En 1921, elle innova avec l’aide d’Ernest Beaux en créant non seulement le premier parfum produit par une couturière, mais aussi le tout premier parfum moderne de l’histoire avec ses 84 ingrédients dont plusieurs synthétiques qu’elle baptisera du très simple nom de Chanel N°5.

 Sac 2.55 de Chanel

Sac 2.55 de Chanel


L'INDÉMODABLE

Bien qu’avant-gardiste dans ses idées et dans son style, la mode de Chanel reste résolument classique. Les corps sont élégamment épousés mais jamais exposés. D’ailleurs, les jupes dessinées par Chanel ne remonteront jamais plus haut que le genou. La palette de couleur reste toujours très sobre : beaucoup de noir, de blanc et de beige, du marine, du rose claire… Les couleurs plus voyantes étant réservées aux accessoires et aux accents. L’esthétisme de Chanel évoluera peu au cours des années, proposant des variations infinies des mêmes modèles. Le point fort du style Chanel, c’est qu’il est toujours approprié en toute circonstance et ne se démode jamais.

 Costume Chanel, 1970

Costume Chanel, 1970

 

L'ÉTERNELLE CHANEL

Gabrielle Chanel était une révolutionnaire conservatrice qui brava les normes de son époque pour répandre l’idée que le style, le vrai, était moderne et sobre, élégant mais confortable. Pour Chanel, « la véritable raison d’être de la mode est de servir celle qui la porte. » Son œuvre demeure cependant aussi paradoxale que son histoire personnelle : des créations très féminines directement inspirées de la garde-robe masculine, sévères mais charmantes, simples et pourtant reflétant le luxe, jouant habilement entre la domination et la soumission. Chanel était à proprement parlé une styliste moderne qui n’inventait pas de nouvelle silhouette mais qui, au contraire, proposait une façon d’aborder l’existence. Son style déstructuré, dress-down, sportif, bien coupé et intemporel a inspiré et continue d’inspirer de nombreux designers aujourd’hui à commencer par Karl Lagerfeld, digne successeur de la direction artistique de la maison Chanel depuis 1983, sans oublié Yves Saint-Laurent, Ralph Lauren et Calvin Klein pour ne citer qu’eux.

 Karl Lagerfeld et les mannequins du défilé été 2012

Karl Lagerfeld et les mannequins du défilé été 2012


EN VOIR PLUS